fondation Alfred Latour
. . .

Chronologie biographique



1888 Naissance à Paris. Père compositeur-typographe à l'Imprimerie Nationale.
Etudie à l'Ecole Nationale des Arts Décoratifs à Paris.
Pendant son service militaire sur la côte normande, profite de ses permissions pour dessiner et peindre.

1913 S'installe dans l'Ile St-Louis. Fait des dessins de Paris et de ses environs. Rencontre Emile Bernard, peintre et écrivain (Ecole de Pont-Aven).

1914–1918 Est grièvement blessé au début de la guerre. Rétabli, se porte volontaire pour le front et remplit plusieurs carnets de croquis (encres, mines, gouaches)

1919 Début d’une carrière de graveur sur bois (estampes, livres décorés, marques), installation à Montparnasse. Collaboration avec Charles Peignot (ornements typographiques, revue Arts et Métiers Graphiques).

1925 Participe à l'Exposition Internationale des Arts Décoratifs à Paris.

1929 Collaboration avec Bianchini-Férier (dessins pour tissus). Photographie: correspondant pour une agence internationale de reportage photographique à Paris.
Reliure, expose au Salon d’Automne de 1930.

1932 Décide de rompre avec la vie parisienne et achète un mas en Provence. Voyage (Italie, Espagne, Maroc). Abandonne la gravure sur bois et commence une carrière d'aquarelliste (exposition à Londres en 1937).

1934 Début d’une longue collaboration avec Etienne Nicolas (publicité; affiches, annonces, catalogue, etc).

1935–1936 Rejoint l'Union des Artistes Modernes «UAM» au titre d'«artiste graphiste», aux côtés de Mallet-Stevens, Le Corbusier, René Herbst, Cassandre, Sonia Delaunay, Fernand Léger.

1937 Exposition Internationale de Paris: expose aux pavillons des Métiers du Livre, de l'UAM et de la Publicité. Reçoit plusieurs prix.
Exposition d'aquarelles à la Galerie Greatorex à Londres.

1940–1945 Est immobilisé à Eygalières pendant l’Occupation. Revient à la peinture à l’huile.

1945 S’installe définitivement à Eygalières dans un nouveau mas. Aménage deux ateliers, l’un pour des activités professionnelles qui lui assureront un confort matériel, l’autre pour sa vocation, la peinture.
Dessine des tissus et des panneaux muraux (les «Toiles de Fontenay») pour son ami Pierre Aynard, éditeur lyonnais de tissus imprimés et propriétaire de l’Abbaye de Fontenay.
Mandaté par Etienne Nicolas afin de collaborer avec les Ets Draeger pour l'édition annuelle d’un Catalogue Nicolas de luxe (typographie et mise en page) et pour la création de grandes affiches murales.

1953 Exposition à la Galerie Carmine à Paris.

1954 Exposition collective à la Galerie Durand-Ruel à Paris.

1962 Exposition à la Galerie Garibaldi à Marseille et à la Galerie La Calade à Avignon.

1964 Le 4 mars, Alfred Latour meurt d’une congestion cérébrale dans son atelier.
© Fondation Alfred Latour, 2010